Philippe Riutort, Premières leçons de sociologie, puf

by Olivier Avenel | janvier 7, 2014 1:16


<Abstract>

Introduite à l'université à la fin du XIXième siècle, la sociologie a progressivement conquis sa place, que ce soit dans les programmes de sciences économiques et sociales des lycées ou à l'entrée des Instituts d'études politiques. Or cette discipline reste souvent difficile à appréhender, dans la mesure où elle se définit moins par un objet d'étude propre que par une démarche spécifique.

</Abstract>

<Sommaire>

<Partie 1>Qu'est ce que la sociologie ?</Partie 1>

<Chapitre 1>La démarche sociologique - Comment peut-on être sociologue ?</Chapitre 1>

<Chapitre 2>La sociologie et ses méthodes - Qu'est ce qu'une bonne méthode ?</Chapitre 2>

<Chapitre 3>Les traditions sociologiques - Un aperçu des grands courants</Chapitre 3>

<Partie 2>Quelques principaux thèmes de la sociologie</Partie 2>

<Chapitre 2>La socialisation - Apprendre à vivre en société</Chapitre 2>

<Chapitre 3>Contrôle social, normes et déviance - respecter ou enfreindre</Chapitre 3>

<Chapitre 4>La stratification sociale - la société et ses divisions</Chapitre 4>

<Chapitre 5>Le pouvoir politique - la politique et la société</Chapitre 5>

<Chapitre 6>L'opinion publique -Qu'en pense le peuple ?</Chapitre 6>

</Sommaire>
<Auteur>

Philippe Riutort est professeur de chaire supérieure en sciences sociales au lycée Henri IV à Paris. Il a codirigé Les formes de l'activité politique et le nouveau manuel de science politique et est auteur du précis de sociologie et de sociologie de la communication politique.

PUF: http://www.puf.com/Auteur:Philippe_Riutort [1]

</Auteur>


4 Comments
admin dit :

Avant-propos, commentaire général

L'auteur présente dans son avant propos les différents courants de la sociologie, ce qui nous permet d'identifier notre propre approche intellectuelle. L'approche qualitative, l'observation participative, la modélisation des relations dans la société, la proximité avec la criminologie sont des sujets que nous avions théorisés pour notre propre démarche de recherche à partir de l'oeuvre de Max Weber, (Economie et société, L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme, ...). Notre propre démarche est une finalité de l'approche sociologique qui consiste à modéliser les phénomènes d'intelligence collective mis en oeuvre dans la société au niveau politique, économique, culturel, ... et ensuite proposer des solutions d'améliorations comme l'utilisation d'un système général d'origine nationale.

Cet avant propos confirme également notre opinion sur la sociologie et qui consiste à dire que c'est une deuxième discipline ou une deuxième compétence qui doit s'appuyer sur une science plus théorique comme l'économie, l'intelligence artificielle, la médecine, ... C'est notament le cas pour Max Weber qui est d'abord économiste et ensuite sociologue.

admin dit :

Chapitre 2 La socialisation, commentaire général

Cette partie de l'ouvrage décrit le processus de socialisation sous les points de vue d'éminents sociologues. Nous remarquons ainsi une analyse approfondie sur la façon dont l'individu perçoit la société, la façon dont il se représente le monde. Ceci est également valable pour le sociologue, qui fait ici inconsciemment appel à des connaissances en psychologie. Notre opinion sur le sujet repose sur l'observation de différents types de cognition, comme la cognition orientée individu, qui consiste à ne concevoir le monde qu'à travers l'anthropomorphisme ou l'aspect grégaire de l'organisation, ou comme une cognition orientée objectif qui se traduit par une étude des méthodologies et des modalités d'action avec une sélection de l'information dont la pertinence est éprouvée par la réalité. La cognition orientée objectif se traduit par une démarche de planification.
L'intérêt ici est de percevoir à quel type d'intelligence collective nous avons à faire lorsque nous analysons une stratégie d'entreprise ou de gouvernement. On peut également préciser que la cognition orientée individu présente dans ses extrêmes des pathologies comme l'esclavage ou la prostitution et plus généralement la ségrégation.

admin dit :

Chapitre 3 Contrôle social, normes et déviances, commentaire général

On remarque dans ce chapitre, ainsi que dans les précédents, que l'auteur aborde des sujets sensibles comme le suicide, la consommation de cannabis ou la déviance. Souvent les sujets sont traités avec un point de vue quantitatif et extérieur aux phénomènes, ce qui nous fait nous interroger sur l'utilité d'étudier de tels phénomènes dans une première leçon de sociologie alors qu'ils s'appliquent à une faible proportion de la société et que de surcroit peu de solutions sont abordées dans l'ouvrage. Notre approche de la sociologie a d'abord commencé par l'analyse de phénomènes économiques ou religieux, et le choix de l'auteur ne nous semble pas neutre dans la mesure où il s'adresse à une population d'adolescents ou de jeunes adultes, c'est pourquoi nous nous interrogeons sur la finalité du contenu de l'ouvrage sur ces derniers aspects.
Nous ajouterons que de surcroît l'analyse de la déviance est une forme particulière de la cognition orientée individu.

admin dit :

Chapitre 6 L'opinion publique

L'auteur présente ici une analyse de la genèse de la société de l'information et à notre grand enthousiasme elle procède de l'analyse historique depuis la révolution française. L'auteur présente ainsi le mécanisme politique de l'opinion publique avec les grands acteurs comme les hommes politiques, les sondeurs d'opinion et la presse. Nous introduisons ici conjointement aux perceptions de l'auteur sur l'usage de la communication par les hommes politiques, la notion de tactique médiatique que nous voyons en oeuvre dans l'analyse que nous faisons de la presse internet. La tactique médiatique n'est pas forcément le fait d'une action "coup de poing" d'un homme politique, mais plutôt celle d'une intelligence collective qui promeut certaines valeurs, certaines orientations politiques mais également certains produits commerciaux. Nous pourrions même parler d'organisation, tant la communication est en adéquation avec le moment et l'opportunité. Ce que nous observons comme tactique médiatique peut se caractériser par l'implémentation opérationnelle d'une stratégie (la tactique) dans les médias.