Max Weber, La ville, Les belles lettres

by Olivier Avenel | juin 7, 2014 10:58


<Abstract>

Arhnem, cité de rentiers, Düsseldorf, cité des banquiers, Wiesbaden, cité des retraités ... Dans la ville, Max Weber définit toute une gamme de villes "idéaltypiques", selon qu'on les considère sous l'angle juridique, économique ou politique. Il le fait avec d'autant plus d'aisance que son étonnate érudition lui permet d'étudier les villes babyloniennes, juives, hindoues, islamiques, chinoises ou russes, au même titre que celles de l'antiquité grecque ou romaine et celles du Moyen Age, surtout Venise ou Londres.

</Abstract>

<Sommaire>

<Chapitre 1> Concept de ville et catégories de villes</Chapitre 1>

<Chapitre 2>La ville d'Occident</Chapitre 2>

<Chapitre 3>La ville patricienne du Moyen Age et dans l'antiquité</Chaptire 3>

<Chapitre 4>La ville Plébienne</Chapitre 4>

<Chapitre 5>Démocratie antique et médiévale</Chapitre 5>

</Sommaire>

<Auteur>

Max Weber

Max Weber est considéré comme le fondateur de la sociologie compréhensive. La sociologie compréhensive est une approche sociologique qui fait du sens subjectif [1] des conduites des acteurs le fondement de l'action sociale [2]. Ce modèle d'analyse du social - centré sur les individus et leurs motivations à agir - est notamment explicité dans son ouvrage L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme [3], publié sous forme de deux articles en 1904 et 1905 . Celui-ci est une analyse des facteurs religieux dans le processus de rationalisation, à savoir les effets de la réforme protestante sur l'activité économique capitaliste. L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme [3] est un classique de la sociologie, sur laquelle il a exercé une influence considérable.

Wikipedia FR: http://fr.wikipedia.org/wiki/Max_Weber [5]

</Auteur>

<Traducteur>

Philippe Fritsch

</Traducteur>


6 Comments
admin dit :

Chapitre 1 Concept de ville et catégorie de ville

Commentaire général

On découvre dans ce premier chapitre l'étude historique de la formation de la ville. On y remarque que c'est la nécessité d'assurer la sécurité par l'usage de la construction défensive au moyen de la fortification qui marque les premières créations citadines. On remarque également que la nécessité d'assurer la sécurité est associée à l'exercice de l'activité économique, amenant ainsi à la conclusion assez répandue que le pouvoir économique et le pouvoir militaire sont liés. Ainsi l'exercice du pouvoir militaire dans la ville antique est rendu nécessaire par l'activité économique et parallèlement le pouvoir militaire n'existe pas sans activité économique. Ce dernier point caractérise une évolution de la pensée économique que l'on appelle le libéralisme et que l'on associe à la "mondialisation". La professionalisation, puis l'externalisation de l'organisation militaire, plus tard la diminution des effectifs, associée à une disparition progressive de l'appareil industriel depuis 2004 en France, par la cession et la rationalisation de l'organisation par des stratégies étrangères, illustre ainsi une négation de la volonté, de l'intelligence collective ayant donné naissance aux premières cités.

Dans un deuxième élément d'analyse, on remarque différentes évolutions de l'organisation politique impliquant différentes répartitions du pouvoir. On remarque que c'est la formation du clan, du groupe qui structure la vie politique de la ville, plus tard le groupe prendra l'importance internationale de la religion.

L'analyse contemporaine de la société française et plus particulièrement la structure de son organisation économique nous fait nous interroger sur la nature des relations entre le pouvoir économique et militaire. Des éléments significatifs de nature économique nous démontrent une perte de souveraineté économique alors que parallèlement les banque françaises sont parmi les plus grosses du monde (BNP, crédit agricole) et que le pouvoir militaire érode son organisation industrielle de défense et commence à réduire l'effectif de l'organisation militaire. Cette évolution amorcée sous la présidence de Jacques Chirac marque assez bien le degré d'incohérence aux plus hauts niveaux stratégiques, incohérence qui peut s'illustrer par la notion de ministère du redressement productif et les difficultés de l'activité de Monsieur Montebourg, appelé à sauver l'industrie française par son activité ministérielle.

Ainsi l'activité du ministère de l'économie sous la présidence de Monsieur Hollande, avec l'échec et la démission du gouvernement Ayrault puis l'arrivée au pouvoir de la nouvelle génération socialiste illustre un changement difficile de stratégie de l'organisation qui détenait le pouvoir en France depuis la fin du dernier septennat de François Mitterrand. La nature du chaos économique marqué par la crise de 2009-2012, illustre le bilan de cette organisation et suggère une cohérence difficile entre l'organisation économique et l'organisation militaire au niveau national et européen. Cette difficulté de cohérence est mise en évidence par l'amende gigantesque de la BNP (8,9 Mds de dollars) pour avoir violé l'embargo américain sur l'Iran et Cuba.

admin dit :

Chapitre 2 La ville d'occident

Commentaire général

L'analyse historique de ce chapitre montre les différents enjeux liés à la résidence dans la cité. On s'aperçoit que l'on peut toujours ramener la nature de la négociation économique à un changement de propriété. Ce changement de propriété marque l'évolution urbaine mais aussi l'évolution juridique. Ainsi l'aspect initial du changement de propriété est toujours lié à un rapport de domination qui s'appuie sur le recours à la force et sur la loi du plus fort. L'auteur le remarque la nature militaire de la bourgeoisie est déterminante dans la formation de la cité. Il s'agit ici d'y comprendre que c'est la perception de la propriété, initialement de la souveraineté, ainsi que de la capacité à avoir la maîtrise du rapport de force grâce à la science militaire qui permet à la cité de croître et de persister dans le temps. La perception de la propriété, que l'on associe à la notion de souveraineté est ainsi indissociable de la notion de domination dans les premiers temps historiques, c'est pourquoi nous nous interrogeons aujourd'hui sur la nature de la compréhension des décideurs français qui procède à la cession du patrimoine industriel depuis de nombreuses années en avalisant la formation d'organisations industrielles transnationales issues de la mondialisation. On suggère d'ailleurs que l'organisation économique transnationale n'est qu'un stade d'évolution temporaire qui évoluera vers une organisation nationale ultérieurement.

admin dit :

Chapitre 3 La ville patricienne au moyen age et dans l'antiquité

Commentaire général
L'analyse sociologique et historique de la ville patricienne au moyen age dégage des pistes d'analyses économiques permettant de mettre en valeur le rôle du dirigeant, notamment dans la ville patricienne de l'europe du sud. Ainsi l'analyse historique nous montre le caractère compétitif de l'administration de la cité que l'on peut caractériser par des objectifs économiques de nature monopolistique et individuels ainsi que par la formation du clan, de la famille, faisant reposer la coopération sur le seul lien de parenté. La représentation de l'individu, ce que nous appelons la cognition orientée individu, est très présente dans l'observation que nous faisons de cette analyse historique dans la mesure où l'individu, son potentiel manuel ou intellectuel est la seule ressource à haute valeur ajoutée disponible pendant la période historique d'analyse. On remarquera que la prépondérance de la cognition orientée individu est associée à une forme de guerre civile omniprésente au moyen age dans l'europe du sud.

L'analyse sociologique de la ville patricienne de l'europe du nord, nous montre le caractère structurant de la nature de la domination. Ainsi la domination par l'usage de la force caractéristique de la ville d'Europe du Sud et de la ville antique, notamment avec le recours aux duels pour résoudre les conflits et exercer une forme de justice primitive illustre un caractère structurant faible dans la mesure où le système d'exploitation économique persiste difficilement. Par opposition la domination psychologique à caractère économique dans l'europe du nord permet, d'après l'observation que nous faisons de l'analyse historique de ce présent chapitre, l'élaboration d'intelligence collective orientée vers la prospérité et l'innovation.
On peut illustrer le propos par une analyse contemporaine sur la nature du "Soft Power" dans le cadre de la domination économique américaine au XXIième siècle.
On s'aperçoit également que la nature de la domination permet l'émergence d'une forme d'intelligence collective, différente selon la nature de la cognition qui la met en place. La nature de la cognition, dont la cognition orientée individu fait partie, est en effet déterminante dans la représentation du monde et donc dans l'administration de la cité dont les limites forment le périmètre du monde connu au moyen age pour la plus grande partie de la population. Ce point rejoint une analyse sur l'ouvrage de Jean-Didier Vincent, voyage extraordinaire au centre du cerveau, Odile Jacob, qui précise que la progression intellectuelle est une urbanisation du cerveau, précisant de fait le reflet de l'intelligence collective dans l'urbanisation de la cité.

Weber évoque le sujet d'une manière différente en décrivant la nature du charisme associée au mode de domination.

admin dit :

Chapitre 4 La ville plébéienne

Commentaire général

Ce chapitre aborde l'aspect de l'organisation politique de la cité et met en évidence le caractère instable de la domination nobiliaire favorisant ainsi l'émergence du pouvoir politique et économique dans la plèbe, la population la plus défavorisée. Ce point est intéressant dans la mesure où il est possible de tirer plusieurs conclusions, dont la principale, le caractère instable de la domination qui sera vérifié ultérieurement en théorie des jeux. On remarque notamment que ce que Weber appelle le charisme conduit concrètement à partager un objectif stratégique au niveau d'un collectif puis à dégager un bénéfice collectif de l'objectif stratégique. Ainsi le caractère instable de la domination provient de la nature de division entre celui qui domine et celui qui est dominé. Le caractère de domination par la noblesse est quelque chose de récurrent dans l'histoire, il consiste concrètement à entretenir un rapport de force en faveur d'un groupe pendant de nombreuses années. D'après nos observations le caractère de ségrégation qui persiste dans un système de castes est incompatible avec un haut niveau intellectuel, et précisément avec le progrès tel que nous le connaissons aujourd'hui.

admin dit :

Chapitre 5 La ville plébéienne

Commentaire général

On s'aperçoit dans l'analyse historique du présent chapitre sur la ville antique à l'apogée de la civilisation romaine, du grand raffinement de l'organisation de la cité. La nature de l'intelligence collective décrite présente des innovations dans de nombreux domaines de la vie sociale comme par exemple l'émergence de la démocratie et les mécanismes élaborés de gestion de la domination politique et économique. On s'aperçoit également que l'évolution et la codification de la vie sociale de la cité prend naissance en s'appuyant sur la notion de territoire. C'est précisément la pérénité du territoire puis la négociation liée au partage de la valeur du territoire qui permet l'évolution incrémentale du code juridique et de la vie politique vers une forme très élaborée d'intelligence collective, la démocratie. On pourrait suggérer que c'est dans la perception du territoire par la population qu'est née la grandeur de la civilisation romaine.

L'auteur évoque ensuite les difficultés de la démocratie à persister face à la tyrannie. La tyrannie provient de l'incarnation du système de décision par un dirigeant qui a vocation à être ce que nous appelons aujourd'hui le chef. L'auteur le remarque, la propension à monopoliser le pouvoir vient de l'origine militaire du chef, élément que l'on pourrait cautionner par la nature du savoir faire militaire qui consiste à imposer une domination physique par l'usage de la violence. Ces éléments d'analyse permettent de remarquer que c'est la nature de la psychologie du chef militaire, également associée à la volonté d'agrandissement du territoire, qui illustre le dépassement, ou non, de l'usage de la violence et de former ainsi une tyrannie ou une démocratie.
On ajoutera que c'est la résolution des conflits qui permet l'évolution organisationnelle et politique de la cité. Le mécanisme de résolution des conflits nous intéresse dans la mesure où il existe aujourd'hui des outils de négociations automatisés dans le domaine économique. On pourrait ajouter également que la nature du système d'information (comme Facebook ou Twitter) pour la politique étrangère possède par sa nature technologique, de haute valeur ajoutée, un rôle majeur à jouer dans la résolution ou la création des conflits.

admin dit :

Chapitre 6 Démocratie antique et médiévale

Commentaire général

Ce chapitre présente l'analyse de la structure économique et politique des sociétés où la démocratie a émergé au fil du temps. On remarquera la nature de contrôle des individus présente au moyen age et dans la période antique sous la forme de l'esclavage. C'est précisément l'enjeux d'identité, dans la pensée asiatique de face, qui autorise, ou non, l'accès à la richesse. L'accès à la dignité pour le grand nombre sous la forme de l'affranchissement est ce qui caractérise les premières organisations structurées au niveau politique, mettant ainsi en évidence la nécessité d'une gestion de la domination.
On ajoutera que l'émergence de la démocratie est corrélée à un niveau technologique autorisant l'innovation, le progrès. Ce qui marque l'échec de la civilisation antique est une forme de rigidité de la structure sociale associée à une culture de la violence, alors que le moyen age se caractérise par une forme similaire de l'organisation antique, mais avec un progrès technologique plus élevé. Ce qui conforte notre opinion sur le fait que c'est l'interaction avec une société à haut niveau technologique qui comporte le plus de facilités pour l'établissement d'une organisation de type démocratique associée aux valeurs universelles des droits de l'homme.
Nous l'avions déjà précisé nous caractérisons l'organisation politique démocratique comme un équilibre coopératif moteur. L'architecture de cet équilibre rend nécessaire la présence de valeurs humanistes comme les droits de l'homme qui permettent grâce à leur universalité de protéger les libertés individuelles garantes d'un dévelopement économique et technologique à haute valeur ajoutée.