Archives for Actublog-2

La revue internationale et stratégique, été 2011

Print this entry | Print this page


<Abstract>

Les nouvelles orientations de la pensée stratégique

Alors que l'occident semble avoir perdu le monopole de l'écriture de l'histoire mondiale et qu'un monde post américain se dessine peu à peu, comment se construit, aujourd'hui, la scène stratégique mondiale ?

L'espace stratégique mondial unifié et homogène, s'il n'a jamais existé comme tel, laisserait-il la place à un espace stratégique mondial fragmenté ? En Asie, en Amérique latine, en Afrique, des puissances dites émergentes concurrencent, sur le terrain économique, les puissances établies. Mais qu'en est-il dans le domaine stratégique, et plus précisément dans le domaine de la pensée stratégique ? L'hégémonie états-unienne à imposer les termes du débat stratégique se voit-elle remise en cause par de nouveaux acteurs qui auraient décidé de projeter leur propre vision du monde et de la scène stratégique mondiale ?

Pour tenter d'interroger les nouvelles orientations de la pensées stratégique contemporaine, le dossier revient sur les lieux d'élaboration de cette pensée stratégique dans le monde (université, think tanks, acteurs militaires, organisations internationales, etc.), sur les acteurs qui la produisent ainsi que sur les fondements et les influence intellectuelle de cette pensée.

</Abstract>

<Sommaire>

<Chapitre 1>Les hommes aiment armer Dieu</Chapitre 1>

<Chapitre 2>François Mitterand, architecte de la Grande Europe: le projet de Confédération européenne (1990-1991)</Chapitre 2>

<Chapitre 3>OTAN-UE: quel calcul géorgien ?</Chapitre 3>

<Chapitre 4>Vers un livre blanc européen de la sécurité et de la défense: entre "objet non identifié" et fenêtre d'opportunité</Chapitre 4>

<Chapitre 5>Les pays émergents dans l'actuel ordre mondial</Chapitre 5>

<Chapitre 6>Editorial</Chapitre 6>

<Chapitre 7>Les grands débats stratégiques à l'épreuve des faits</Chapitre 7>

<Chapitre 8>Comment se construit l'agenda sécuritaire international ?</Chapitre 8>

<Chapitre 9>Sociologie de la production stratégique</Chapitre 9>

<Chapitre 10>La fausse neutralité des continents</Chapitre 10>

<Chapitre 11>De la nécessité des débats stratégiques</Chapitre 11>

<Chapitre 12>La stratégie américaine: du statut de superpuissance à celui de superpartenaire ?</Chapitre 12>

<Chapitre 13>L'influence grandissante des think tanks américains dans le processus d'élaboration des politiques de sécurité contemporaines</Chapitre 13>

<Chapitre 14>Les acteurs de la doctrine stratégique russe</Chapitre 14>

<Chapitre 15>La pensée stratégique chinoise, quelques pistes de réflexion</Chapitre 15>

<Chapitre 16>les déterminants de la pensée stratégique d'Israël</Chapitre 16>

<Chapitre 17>Entre dénégations et critiques, la pensée stratégique indienne: des déterminants, une réalité.</Chapitre 17>

<Chapitre 18>Brésil, 2003-2011: une politique étrangère orginale, conçue sans laboratoires d'idées</Chapitre 18>

<Chapitre 19>De la citadelle assiégée à une vision continentale: la pensée stratégique sud Africainew</Chapitre 19>

<Chapitre 20>Une europe stratégique post-américaine est-elle envisageable</Chapitre 20>

</Sommaire>

<Auteurs>

</Auteurs>

Print this entry | Print this page

Joël Schmidt, Naissance et mort des républiques françaises, desclee de brouwer

Print this entry | Print this page

<Absract>

En délaissant l'apprentissage des langues mortes, on a perdu les fondements de notre histoire. Il suffit en effet de se plonger dans l'antiquité romaine pour comprendre combien une république est fragile. César puis Auguste furent les fossoyeurs d'une organisation politique visant la démocratie. De même, en France, les républiques furent ébranlées, mal menées. Qu'en est il de notre actuel régime ? Joël Schmidt revisite ici les naissances et les morts de nos républiques ; il en montre la fragilité.

</Abstract>

<Sommaire>

<Chapitre 1>De l'utilité de l'histoire romaine et du latin</Chapitre 1>

<Chapitre 2>La première république française</Chapitre 2>

<Chapitre 3>Lente montée vers une deuxième République</Chapitre 3>

<Chapitre 4>La troisième république: elle met neuf années à naître</Chapitre 4>

<Chapitre 5>Une quatrième république, soeur de la troisième république</Chapitre 5>

<Chapitre 6>Une cinquième république faite à la mesure du général de Gaulle</Chapitre 6>

<Chapitre 7>Une sixième république ?</Chapitre 7>

<Chapitre 8>La tunique de Nessus</Chapitre 8>

</Sommaire>

<Auteur>

Joël Schmidt

Wikipedia fr: http://fr.wikipedia.org/wiki/Jo%C3%ABl_Schmidt

</Auteur>

Print this entry | Print this page

Jean-Paul Laumond, La robotique, une récidive d'Héphaïstos, Fayard

Print this entry | Print this page

<Abstract>

C'est en préparant cette leçon que j'ai découvert que les roboticiens avaient un dieu: Héphaïstos. Dans la mythologie grecque, Héphaïstos est un artisan de talent. Séduit par Athéna, il tente de la posséder mais n'y parvient pas : la déesse du savoir résiste au dieu du faire. La robotique tient de cette tension. Si le mythe va à l'encontre d'une tendance actuelle à la confusion des genres entre science et technologie, il rend néanmoins compte de mon expérience en matière d'innovation.

</Abstract>

<Sommaire>

Discours inaugural.

</Sommaire>

<Auteur>

Web: http://homepages.laas.fr/jpl/

wwi:  /internet//Biographies/Jean_paul_laumond_645099-2013-09-17-15-20-54/

 

</Auteur>

Print this entry | Print this page

Claude Ménard, L'économie des organisations

Print this entry | Print this page


<Abstract>

L'actualité récente (crise du système bancaire, délocalisations, crise de l'investissement, multiplication des formules partenariales) met au premier plan les stratégies complexes des acteurs économiques. Elle révèle combien nos économies ne se résument pas aux marchés, mais se composent d'un assemblage complexe de modes d'organisation (marchés, entreprises, alliance stratégiques, franchises, coopératives, organisations charitables, organisations publiques...) qui rendent possible les transactions structurant l'activité économique.

Cet ouvrage analyse les caractéristiques de ces modes d'organisation et les arbitrages que leur diversité impose. Il porte une attention particulière aux questions suivantes: que recouvre le terme "organisations" ? Quels sont les dispositifs de coordination mis en oeuvre ? Quelles incitations amènent les agents à coopérer ? Comment les conflits se résolvent-ils ? Et quel impact les réponses à ces questions ont-elles sur la théorie "standard" ?

</Abstract>

<Sommaire>

<Chapitre 1>Un paysage complexe et varié</Chapitre 1>

<Chapitre 2>Organisations et coordination</Chapitre 2>

<Chapitre 3>Incitation et coopération</Chapitre 3>

<Chapitre 4>Structures organisationnelles: une dynamique complexe</Chapitre 4>

</Sommaire>

<Auteur>

Claude Ménard. D'origine canadienne, Claude Ménard est professeur de sciences économiques à l'université Paris-I-Panthéon Sorbonne et rattaché au Centre d'économie de la Sorbonne. Membre fondateur et ex- président de l'international Society for New Instituional Economics, il a été professeur visiteur dans plusieurs universités étrangères prestigieuses.

Web: http://claudemenard.net/fr/accueil

Web: http://www.univ-paris1.fr/recherche/page-perso/page/?tx_oxcspagepersonnel_pi1[uid]=menard&cHash=609642864dcc0e187c34413857675499

</Auteur>

Print this entry | Print this page

F. Sigaut, Comment Homo devint faber

Print this entry | Print this page


<Abstract>

A l'origine de ce livre, un paradoxe: l'action outillée a été beaucoup plus étudiée chez l'animal, où elle est l'exception, que chez l'homme, où elle est la règle. Or c'est en faisant de cette action le modèle d'ensemble de ses activités matérielles que l'espèce humaine s'est constituée en tant que telle.

Dans le monde animal, l'action, même outillée, ne fait intervenir que des mécanismes corporels innés, qui doivent certes être ajustés et perfectionnés par apprentissage, mais dont la mise en oeuvre reste largement automatique. Chez l'homme, au contraire, l'intervention de l'outil dans l'action implique un partage de l'attention inédit entre fins et moyens. Comment les aptitudes mentales nécessaires ont-elles pu se développer ? Et si ce partage de l'attention était à l'origine de la conscience d'un réel ayant une existence indépendante, et par suite de la conscience de soi ?

Ainsi, ce ne serait pas l'homme qui fait l'outil, mais bien plutôt l'outil qui fait l'homme ...

</Abstract>

<Sommaire>

<Chapitre 1>Homo Faber</Chapitre 1>

<Chapitre 2>L'action technique est toujours outillée. L'exemple des mouvements de la main</Chapitre 2>

<Chapitre 3>Partage de l'attention et plaisir de la réussite</Chapitre 3>

</Sommaire>

<Auteur>

François Sigaut

Anthropologue des techniques, François Sigaut est directeur d'études à l'EHESS.

Web: http://crh.ehess.fr/index.php?451

</Auteur>

Print this entry | Print this page

Isaac Lewendel, Vichy, La pègre et les Nazis, Nouveau monde éditions

Print this entry | Print this page


<Abstract>
La persécution des juifs dans la zone libre culmine avec la déportation des juifs étrangers en août 1942.
Un changement important survient après l'invasion de la zone sud, le 11 novembre 1942. Le gouvernement de Vichy commence à "trainer la patte". De leur côté, les allemands doivent faire face à leur méconnaissance du terrain et de la langue française, et sont accaparés par des problèmes d'ordre militaire, laissant peu d'effectifs disponibles pour la "chasse" aux juifs. Ils décident de faire appel à des membres de la pègre locale. ces individus louches travaillent alors sur tous les fronts de la répression: renseignements sur le maquis, arrestations de réfractaires au STO, fourniture de marchandises diverses, lutte contre le marché noir, arrestations de Juifs, tout ce qui importe aux polices allemandes.
Les détails de la politique antisémite des nazis et de Vichy ainsi que les mécanismes de la collaboration avec les éléments du crime organisé n'ont jamais été aussi précisément décrits. Cet ouvrage deviendra sans aucun doute une référence majeure pour les historiens comme pour le grand public.
</Abstract>
<Sommaire>

<Chapitre 1>Les oubliés de l'Histoire</Chapitre 1>
<Chapitre 2>Le commissariat général aux questions juives</Chapitre 2>
<Chapitre 3>Henri de Camaret, le délégué du CGQJ pour le vaucluse, et son réseau</Chapitre 3>
<Chapitre 4>Jean Lebon, le procès</Chapitre 4>
<Chapitre 5>Un réseau de profiteurs de biens juifs patronné par l'Etat</Chapitre 5>
<Chapitre 6>Régis d'Oléon, le chef de la légion française des combattants du Vaucluse</Chapitre 6>
<Chapitre 7>La racaille à l'état pur</Chapitre 7>
<Chapitre 8>Les favoris de l'Allemand, Wilhelm Müller, chef du SiPo-SD d'Avignon</Chapitre 8>
<Chapitre 9>La bandde à Palmieri au service du SiPo-SD, Crapules idéologiques ou idéologues crapules? </Chapitre 9>

</Sommaire>
<Auteur>

Isaac Lewendel. Né à Avignon en 1936, Isaac Lewendel fut cadre dans les télécommunications, puis historien. Il a publié Un hiver en Provence avec une préface de Robert O. Paxton (éditions de l'Aube, &996), ouvrage pour lequel il a reçu le Prix franco-européen. Né à Marseille en 1946, Bernard Weisz fut enseignant puis journaliste à Paris. Il a participé à plusieurs documentaires et publié trois ouvrages.

Web: http://www.levendel.com/html/isaac_lewendel.html
</Auteur>

Print this entry | Print this page

M. Maffesoli, L'ombre de Dyonisos, Cnrs éditions

Print this entry | Print this page

<Abstract>

"Il est certain que la circulation du sexe, l'éclatement initiatique du soi, l'effervescence orgiaque renvoient à l' "extase", à l'outrepassement de l'individu dans un ensemble plus vaste. Et il est frappant de constater que la domestication des moeurs, l'idéologie du risque zéro, l'asepsie de l'existence, les divers changements socio-économiques, les développements scientifiques et techniques n'ont en rien amoindri cette pulsion à l'errance."

 

</Abstract>

<Sommaire>

</Introduction>

<Chapitre 1>La vie improductive</Chapitre 1>

<Chapitre 2>Le divin social</Chapitre 2>

<Chapitre 3>L'union cosmique</Chapitre 3>

<Chapitre 4>L'orgiasme comme facteur de socialité</Chapitre 4>

<Chapitre 5>Bacchus fédérateur</Chapitre 5>

<Chapitre 6>La banale confusion</Chapitre 6>

</Sommaire>

<Auteur>

Michel Maffesoli est membre de l'institut universitaire de France, et directeur du Centre d'études sur l'actuel et le quotidien et du Centre de recherche sur l'imaginaire. Il est auteur de plusieurs ouvrages, dont le temps des tribus.

Wikipedia FR: http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Maffesoli

web: http://www.michelmaffesoli.org/

<Auteur>

Print this entry | Print this page

Jean-Baptiste Gossé, L'Europe face aux déséquilibres mondiaux: une analyse historique, théorique et empirique, thèse

Print this entry | Print this page

These_JB_GOSSE_01_12_2010.pdf

<Abstract>

Ce début de siècle est fascinant pour qui s'intéresse aux relations économiques internationales. En l'espace d'une décennie, le monde a connu deux crises financières majeures, un quadruplement des prix du pétrole, un loyer de l'argent historiquement bas et surtout - c'est là notre sujet- un transfert d'épargne nette vers les Etats-Unis qui s'est élevé à 5700 milliards de dollars entre 2000 et 2009. Par convention, la littérature économique qualifie ce dernier phénomène de "déséquilibres mondiaux" puisqu'il caractérise par des déséquilibres courants persistants entre les grands acteurs de l'économie mondiale. Pour l'essentiel, l'épargne nette reçue par les Etats-Unis provient d'Asie (3300 Milliards de dollars, dont 1900 milliards de dollars pour la Chine seule) et des pays de l'OPEP (800 milliards de dollars).

</Abstract>

<Sommaire>

<Partie 1>Les deux cycles des déséquilibres mondiaux</Partie 1>

<Chapitre 1>Le cycle britannique</Chapitre 1>

<Chapitre 2>Le cycle américain</Chapitre 2>

<Partie 2>Modélisation des processus d'accumulation</Partie 2>

<Chapitre 3>Revue de la littérature sur les déséquilibres mondiaux</Chapitre 3>

<Chapitre 4>La modélisation des déséquilibres mondiaux</Chapitre 4>

<Partie 3>Evaluation empirique</Partie 3>

<Chapitre 5>L'impact des déséquilibres mondiaux sur la zone euro: une analyse var structurelle</Chapitre 5>

<Chapitre 6>L'étude de la relation entre solde budgétaire et balance courante en panel: L'apport de l'étude de la stationnarité et de la cointégration 267</Chapitre 6>

</Conclusion>

</Sommaire>

<Auteur>

Jean-Baptiste Gossé, DR eco Université́ Paris XIII-Paris-Nord

web: http://www.uni-paris13.fr/CEPN/spip?article122

</Auteur>

 

Print this entry | Print this page

Frédéric Puech, Analyse des déterminants de la criminalité dans les pays en développement, thèse

Print this entry | Print this page

These-Frederic_Puech_2006.pdf

<Abstract>

La criminalité violente est devenue l’une des principales préoccupations sociales dans les pays en développement, et particulièrement en Amérique Latine. A titre d’exemple, The Economist (2004) rappelle que 12% des habitants de Cali, en Colombie, ont été victimes d’une action criminelle en 2003. Carlos Lopes, le représentant de la Banque Inter-Américaine de Développement (BID) a récemment indiqué que les morts par arme à feu au Brésil en 2004 étaient plus nombreuses que les victimes de la guerre en Irak. Il a également rappelé que le Brésil, qui ne représente que 2,8% de la population mondiale, représente dans le même temps 11% des homicides commis dans le monde. En d’autres termes, la criminalité est devenue, dans de nombreux pays, un véritable fléau dont les causes sont mal connues et contre lequel il est difficile de lutter. Cette thèse se propose d’étudier les principaux déterminants de la criminalité dans les pays en développement et essaie de comprendre comment la réduire.
</Abstract>

<Sommaire>

<Partie 1>Education, privation relative et violence : un modèle théorique</Partie 1>

<Partie 2>Education et criminalité violente : une application au Minas Gerais</Partie 2>

<Partie 3>Education, police et criminalité</Partie 3>

<Partie 4>Descriptif du modèle EGC</Partie 4>

<Partie 5>Instabilité macro-économique et criminalité</Partie 5>

</Sommaire>

<Auteur>

Frédéric Puech

</Auteur>

Print this entry | Print this page

EGE, LE FAUX DEBAT SUR LA GUERRE ECONOMIQUE, 1996

Print this entry | Print this page

faux_debat_guerre_economique.pdf

</Abstract>

A l'automne 1994, le colloque de l'IHEDN traitait le thème de la guerre économique. Les communications faisaient apparaître que, si quelques patrons français se situaient bien dans cette logique, un nombre non négligeable d'acteurs nationaux réfutaient cette réalité en ne voulant voir dans les affrontements économiques actuels qu'une forme particulière de la concurrence.  Ils restent ainsi dans le cadre académique et rassurant de la théorie libérale selon laquelle c'est la main invisible du marché qui régit l'économie mondiale. Et pourtant, ces dernières années ont été riches d'exemples où la main des Etats s'est superposée à l'autre avec une vigueur proportionnelle aux enjeux planétaires que crée la mondialisation de l'économie. Cette réalité ne peut plus être niée sous peine d'alimenter un faux débat sans issue donc sans intérêt.
Article publié en 1996 dans La Revue de Défense Nationale
</Abstract>

<Sommaire>

</Sommaire>

<Auteur>

Par Christian Harbulot et le Général Jean Pichot-Duclos

</Auteur>

Print this entry | Print this page