La revue internationale et stratégique, été 2011

Print this entry | Print this page


<Abstract>

Les nouvelles orientations de la pensée stratégique

Alors que l’occident semble avoir perdu le monopole de l’écriture de l’histoire mondiale et qu’un monde post américain se dessine peu à peu, comment se construit, aujourd’hui, la scène stratégique mondiale ?

L’espace stratégique mondial unifié et homogène, s’il n’a jamais existé comme tel, laisserait-il la place à un espace stratégique mondial fragmenté ? En Asie, en Amérique latine, en Afrique, des puissances dites émergentes concurrencent, sur le terrain économique, les puissances établies. Mais qu’en est-il dans le domaine stratégique, et plus précisément dans le domaine de la pensée stratégique ? L’hégémonie états-unienne à imposer les termes du débat stratégique se voit-elle remise en cause par de nouveaux acteurs qui auraient décidé de projeter leur propre vision du monde et de la scène stratégique mondiale ?

Pour tenter d’interroger les nouvelles orientations de la pensées stratégique contemporaine, le dossier revient sur les lieux d’élaboration de cette pensée stratégique dans le monde (université, think tanks, acteurs militaires, organisations internationales, etc.), sur les acteurs qui la produisent ainsi que sur les fondements et les influence intellectuelle de cette pensée.

</Abstract>

<Sommaire>

<Chapitre 1>Les hommes aiment armer Dieu</Chapitre 1>

<Chapitre 2>François Mitterand, architecte de la Grande Europe: le projet de Confédération européenne (1990-1991)</Chapitre 2>

<Chapitre 3>OTAN-UE: quel calcul géorgien ?</Chapitre 3>

<Chapitre 4>Vers un livre blanc européen de la sécurité et de la défense: entre « objet non identifié » et fenêtre d’opportunité</Chapitre 4>

<Chapitre 5>Les pays émergents dans l’actuel ordre mondial</Chapitre 5>

<Chapitre 6>Editorial</Chapitre 6>

<Chapitre 7>Les grands débats stratégiques à l’épreuve des faits</Chapitre 7>

<Chapitre 8>Comment se construit l’agenda sécuritaire international ?</Chapitre 8>

<Chapitre 9>Sociologie de la production stratégique</Chapitre 9>

<Chapitre 10>La fausse neutralité des continents</Chapitre 10>

<Chapitre 11>De la nécessité des débats stratégiques</Chapitre 11>

<Chapitre 12>La stratégie américaine: du statut de superpuissance à celui de superpartenaire ?</Chapitre 12>

<Chapitre 13>L’influence grandissante des think tanks américains dans le processus d’élaboration des politiques de sécurité contemporaines</Chapitre 13>

<Chapitre 14>Les acteurs de la doctrine stratégique russe</Chapitre 14>

<Chapitre 15>La pensée stratégique chinoise, quelques pistes de réflexion</Chapitre 15>

<Chapitre 16>les déterminants de la pensée stratégique d’Israël</Chapitre 16>

<Chapitre 17>Entre dénégations et critiques, la pensée stratégique indienne: des déterminants, une réalité.</Chapitre 17>

<Chapitre 18>Brésil, 2003-2011: une politique étrangère orginale, conçue sans laboratoires d’idées</Chapitre 18>

<Chapitre 19>De la citadelle assiégée à une vision continentale: la pensée stratégique sud Africainew</Chapitre 19>

<Chapitre 20>Une europe stratégique post-américaine est-elle envisageable</Chapitre 20>

</Sommaire>

<Auteurs>

</Auteurs>

Print this entry | Print this page

Cyrille Becker, Relire principes de la guerre de montagnes, Economica

Print this entry | Print this page

<Abstract>

Les engagements des armées modernes sont le fruit de raisonnements complexes et de décisions réfléchies par les grands états-majors. « Pour bien faire la guerre, il faut des principes », le lieutenant général Pierre-Joseph de Bourcet les a décrits dès la fin du XVIIIe siècle. Relire les principes de la guerre de montagnes enseigne combien il est essentiel d’avoir dans les armées, des officiers d’état-major instruits. Dans le mouvement intellectuel de la fin XVIIIe siècle, Bourcet a énoncé des principes et des procédures qui, illustrés par des exemples historiques, posent en substance les fondements des états-majors actuels et proposent des méthodes de raisonnement qui régissent encore à ce jour la formation des officiers d’état-major modernes.

</Abstract>

<Sommaire>

<Chapitre 1>Perspective historique: le lieutenant général de Bourcet, un témoin privilégié de son temps</Chapitre 1>

<Chapitre 2>L’évolution d système d’Etat-major au XVIIIe siècle</Chapitre 2>

<Chapitre 3>Les principes de la guerre de montagnes de Bourcet: esprit et influence</Chapitre 3>

<Conclusion/>

</Sommaire>

<Auteur>

Cyrille Becker:

Le chef de bataillon Cyrille Becker est issu de l’Ecole militaire interarmes. Officier des troupes alpines et breveté du Collège Interarmées de Défense, il sert actuellement comme chef du bureau opérations au 7e bataillon de chasseurs alpins de Bourg Saint Maurice. Il a été engagé récemment en Afghanistan, dans des opérations en montagne, comme conseiller d’un commandant de bataillon de l’armée nationale afghane. Cyrille Becker a coécrit avec Eric Labayle Odessa, Magdebourg, Verdun, … De l’avant-guerre à la captivité, souvenir de Jacques Bith, officier au 211e RI (1902-1918), aux éditions Anovi, 2007.

</Auteur>

Print this entry | Print this page

Harbulot, Lucas, La guerre cognitive, Lavauzelle

Print this entry | Print this page

<Abstract>

Ce vérouillage des rapports de force internationaux interpelle-t-il la France et l’Europe ? Disposons-nous encore d’une marge de manoeuvre qui ne nous réduise pas à l’état de forces supplétives ?

Pourtant les terrains d’affrontement ne manquent pas. La recherche de puissance dans les domaines économiques et culturels oppose déjà silencieusement les Etats-Unis au reste du monde depuis de nombreuses années. comment affronte-t-on un allié qui a su transformer une partie de nos élites en vassaux obéissants ? C’est l’objet de cet ouvrage qui met en avant le principe de guerre cognitive.

</Abstract>

<Sommaire>

<Partie 1> Qu’est ce que la guerre cognitive ?</Partie 1>

<Partie 2>Les figures de la guerre cognitive</Partie 2>

<Partie 3>L’avenir de la guerre cognitive</Partie 3>

</Sommaire>

<Auteur>

Christian Harbulot

WIKIPEDIA FR: http://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Harbulot

wwi: /internet/Biographies/Christian_harbulot-2009-12-05-09-54-05/

</Auteur>

<Auteur>

Didier Lucas

<Auteur>

Print this entry | Print this page

Sun Tzu, l’art de la guerre, Flammarion

Print this entry | Print this page

<Abstract>

« Il y a vingt-cinq siècles, dans la Chine des « Royaumes Combattants », était rédigé le premier traité de l’art de la guerre. »

</Abstract>

<Sommaire>

<Avant-propos/>

<Préface/>

<Remerciements/>

<Liste des abréviations>

<Introduction/>

<Chapitre 1>L’auteur</Chapitre 1>

<Chapitre 2>Le texte</Chapitre 2>

<Chapitre 3>Les royaumes combattants</Chapitre 3>

<Chapitre 4>La guerre au temps de Sun Tzu</Chapitre 4>

<Chapitre 5>La guerre dans l’optique de Sun Tzu</Chapitre 5>

<Chapitre 6>Sun Tzu et Mao Tse Tung</Chapitre 6>

<Traduction/>

<Chapitre 1>Approximations</Chapitre 1>

<Chapitre 2>La conduite de la guerre</Chapitre 2>

<Chapitre 3>La stratégie offensive</Chapitre 3>

<Chapitre 4>Dispositions</Chapitre 4>

<Chapitre 5>Energie</Chapitre 5>

<Chapitre 6>Points faibles et points forts</Chapitre 6>

<Chapitre 7>Manoeuvre</Chapitre 7>

<Chapitre 8>Les neufs variables</Chapitre 8>

<Chapitre 9>Marches</Chapitre 9>

<Chapitre 10>Le terrain</Chapitre 10>

<Chapitre 11>Les neufs sortes de terrain</Chapitre 11>

<Chapitre 12>L’attaque par le feu</Chapitre 12>

<Chapitre 13>L’utilisation des agents secrets</Chapitre 13>

<Appendices/>

<Chapitre 1> Note sur Wu Ch’i</Chapitre 1>

<Chapitre 2>Influence de Sun Tzu sur la pensée militaire japonaise</Chapitre 2>

<Chapitre 3>Sun Tzu dans les langues occidentales</Chapitre 3>

<Chapitre 4>Brève biographique des commentateurs</Chapitre 4>

<Bibliographie/>

</Sommaire>

<Auteur>

WIKIPEDIA FR, http://fr.wikipedia.org/wiki/Sun_Tzu
WIKIPEDIA EN, http://en.wikipedia.org/wiki/Sun_Tzu

wwi: /internet/Biographies/Sun_tzu-2009-11-24-14-59-52/

</Auteur>

Print this entry | Print this page

Carl Von Clausewitz, De la guerre, tempus

Print this entry | Print this page

<Abstract>

« En 1832, la littérature militaire était descriptive. Avec lui, elle devient stratégique autant que tactique et s’inscrit comme une des figures courantes de la politique »

</Abstract>

<Sommaire>

<Préface/>

<Bibliographie sélective/>

<Préface du traducteur>Clausewitz, penseur de l’incertain</Préface du traducteur>

<Livre 1>De la nature de la guerre</Livre 1>

<Livre 2>De la théorie de la guerre</Livre 2>

<Livre 3>De la stratégie en général</Livre 3>

<Livre 4>L’engagement</Livre 4>

<Livre 6>La défensive</livre 6>

<Livre 7> L’attaque</Livre 7>

<Livre 8>Le plan de guerre</Livre 8>

</Sommaire>

<Auteur>

WIKIPEDIA FR, http://fr.wikipedia.org/wiki/Carl_von_Clausewitz
WIKIPEDIA EN, http://en.wikipedia.org/wiki/Carl_von_Clausewitz

wwi: /internet/Biographies/Carl_von_clausewitz-2009-11-24-14-56-55/

</Auteur>

Print this entry | Print this page

Christian Harbulot, la main invisible des puissances, ellipses

Print this entry | Print this page

<Abstract>

Qui croit encore que la mondialisation, processus d’intégration politique et économique des sociétés, emmène le monde vers un village unifié, pacifié, plus équitable et dans lequel la personne humaine sera davantage respectée ?

Confronté hier au totalitarismes, le monde affronte aujourd’hui l’unilatéralisme américain, et la perspective d’une hyper puissance chinoise avant la fin du siècle.

Face à ces défis, les élites françaises restent trop souvent imprégnés des idéologies du passé. Quand elles sont libérales, elles croient à la main invisible du marché et à la concurrence pure et parfaite. Quand elles sont post-marxistes, elles entretiennent le rêve contradictoire d’un Etat-providence rempart dans un monde ouvert.

</Abstract>

<Sommaire>

<Introduction/>

<Chapitre 1>Qu’est ce que la guerre économique</Chapitre 1>

<Chapitre 2>Les échiquiers invisibles de la guerre économique</Chapitre 2>

<Chapitre 3>L’intelligence économique pour accroitre la puissance</Chapitre 3>

<Chapitre 4>L’érosion du patriotisme économique</Chapitre 4>

<Chapitre 5>De la guerre économique à la guerre cognitive</Chapitre 5>

<Chapitre 6>L’apport de la culture subversive</Chapitre 6>

<Chapitre 7>La bataille capitale pour le contrôle de l’information</Chapitre 7>

<Conclusion>Un monde encore dominé par la recherche de puissance</Conclusion>

</Sommaire>

<Auteur>

WIKIPEDIA FR, http://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Harbulot

WEB, http://www.ege.fr/content/view/103/72/

wwi: /internet/Biographies/Christian_harbulot-2009-12-05-09-54-05/fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Harbulot.html

wwi: /internet/Biographies/Christian_harbulot_ege-2009-12-05-10-39-06/www.ege.fr/Espace-etudiants/Christian-HARBULOT.html
</Auteur>

Print this entry | Print this page

François-Bernard Huyghe, Quatrième Guerre Mondiale, Editions du Rocher

Print this entry | Print this page

<Abstract>

En admettant que la guerre froide ait été la troisième Guerre Mondiale, la quatrième a-t-elle commencé le 11 Septembre ? Deux sortes d’idéologues au moins en sont persuadés: les terroristes jihadistes et les faucons US qui prétendent les combattre en supprimant les dangers en amont.

</Abstract>

<Sommaire>

<Chapitre 1>La quatrième guerre mondiale a-t-elle commencé me 11 septembre</Chapitre 1>

<Chapitre 2>Terrorisme : action et proclamation</Chapitre 2>

<Chapitre 3>Idéologie: scènes, réseaux et doctrines</Chapitre 3>

<Chapitre 4>Intelligence: surveiller et prévenir</Chapitre 4>

<Chapitre 5>Images: la guerre, les icônes et la foi</Chapitre 5>

<Chapitre 6>Influence: contrôler et formater</Chapitre 6>

</Sommaire>

<Auteur>

Docteur d’Etat en sciences politiques et habilité à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, François-Bernard Huyghe enseigne à HEC, ainsi qu’à l’Ecole de guerre économique. Médiologue et fondateur de l’Observatoire d’infostratégie, il a notamment écrit L’Ennemi à l’ère numérique, Chaos, information, domination et anime des recherches sur les rapports entre information et conflit.

WIKIPEDIA Fr, http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois-Bernard_Huyghe
WEB, http://www.huyghe.fr/

wwi: /internet/Biographies/Francois_bernard_huyghe-2009-12-05-10-55-14/

</Auteur>

Print this entry | Print this page

Basil H. Liddell Hart, Stratégie, tempus

Print this entry | Print this page

[bookcover:9782262026141]

<Abstract>

Il n’ya guère en matière de stratégie, de plus grand nom que celui de Liddel Hart. Ses conceptions, souvent prémonitoires, ont joué un rôle déterminant, des deux côtés, lors de la dernière guerre.

</Abstract>

<Sommaire>

<Partie 1>La stratégie du Ve Siècle avant Jésus-Christ au XIIe Siècle après Jésus-Christ</Partie 1>

<Partie 2>La stratégie au cours de la première guerre mondiale</Partie 2>

<Partie 3>La stratégie au cours de la seconde guerre mondiale</Partie 3>

<Partie 4>Les bases de la stratégie et de la grande stratégie</Partie 4>

</Sommaire>

<Auteur>

WIKIPEDIA FR, http://fr.wikipedia.org/wiki/Liddell_Hart
WIKIPEDIA EN, http://en.wikipedia.org/wiki/Basil_Liddell_Hart

</Auteur>

Print this entry | Print this page

General Sir Ruppert Smith, L’utilité de la force, Economica

Print this entry | Print this page

<Abstract>

Autant et plus qu’hier la force est nécessaire, mais il faut repenser les conditions de son utilité.

Au cours des deux derniers siècles, la guerre industrielle a semblé apporter une solution directe aux affrontements: cette idée est toujours solidement ancrée dans les mentalités occidentales. Mais, bien que nos ennemis et nos objectifs aient profondément changé, notre vision de la guerre, nos organisations militaires, nos institutions nationales et internationales prennent toujours leurs racines dans ce temps désormais révolu.

</Abstract>

<Sommaire>

</Sommaire>

<Auteur>

Le Général d’Armée Sir Rupert Smith est l’un des chefs militaires contemporains les plus connus, fort de 40 années d’exercice du commandement opérationnel à tous les niveaux, jusqu’aux plus élevés. Il a commandé la division britannique engagée dans la guerre du Golfe en 1990-1991, les forces des Nations Unies en Bosnie en 1995, le théâtre d’Irlande du Nord de 1996 à 1999. Son dernier poste fut celui du commandant en second de l’OTAN en Europe (DSACEUR), avant son départ du service actif en 2002.

</Auteur>

Print this entry | Print this page